It is currently August 6th, 2020, 8:25 pm

All times are UTC - 5 hours




Post new topic Reply to topic  [ 7 posts ] 
Author Message
PostPosted: April 10th, 2012, 5:11 pm 
Offline
CCR Moderator & Assistant Administrator
User avatar

Joined: October 27th, 2006, 5:51 am
Posts: 2903
Location: Montreal
PICTURES


Top
 Profile  
 
PostPosted: April 10th, 2012, 6:09 pm 
Offline
User avatar

Joined: June 23rd, 2006, 4:25 pm
Posts: 3077
Location: Milton
Pretty country,
Loved how the ice fall refroze.
Jeff

_________________
Choosing to save a river is more often an act of passion than of careful calculation. You make the choice because the river has touched your life in an intimate and irreversible way, because you are unwilling to accept its loss. — (David Bolling, Ho


Top
 Profile  
 
PostPosted: April 11th, 2012, 8:07 am 
Offline
User avatar

Joined: June 20th, 2001, 7:00 pm
Posts: 7514
Location: Scarbados, Ontario Canada
:wink: Thanks for the "story"! We've got real mountains in the eastern portion of North America - a fact that is easily forgotten by us "flat landers"....

_________________
“What is the good of having a nice house without a decent planet to put it on?” - Thoreau


Top
 Profile  
 
PostPosted: April 11th, 2012, 9:06 am 
Offline
CCR Assistant Administrator
User avatar

Joined: January 20th, 2003, 7:00 pm
Posts: 12091
Location: Simcoe County, Ontario
Hiker Neil wrote:


Geez, you on some kind of word quota?

My favourite is the view of the road "La route 381".

:thumbup:

_________________
I'm out of bed and I made it to the keyboard....what more do you want?


Top
 Profile  
 
PostPosted: April 11th, 2012, 11:01 am 
Offline
CCR Moderator & Assistant Administrator
User avatar

Joined: October 27th, 2006, 5:51 am
Posts: 2903
Location: Montreal
Barbara wrote:
Hiker Neil wrote:


Geez, you on some kind of word quota?

My favourite is the view of the road "La route 381".

:thumbup:

:lol:

I'm going to write up a trip report in French. I'll post a link to it and you can read it using the Goggle translator, which is usually good for a few laughs.

It's a very rugged and wild area. Lots of open rock, cliff faces and taiga.


Top
 Profile  
 
PostPosted: April 11th, 2012, 11:17 am 
Offline
CCR Assistant Administrator
User avatar

Joined: January 20th, 2003, 7:00 pm
Posts: 12091
Location: Simcoe County, Ontario
Just make sure to include an English translation for the sign above the "facilities".

:lol:

_________________
I'm out of bed and I made it to the keyboard....what more do you want?


Top
 Profile  
 
PostPosted: April 12th, 2012, 10:38 am 
Offline
CCR Moderator & Assistant Administrator
User avatar

Joined: October 27th, 2006, 5:51 am
Posts: 2903
Location: Montreal
Barbara wrote:

Geez, you on some kind of word quota?


Plus maintenant.

I couldn't link to a single post so I copy-pasted the whole thing here:

Si vous avez aimé les photos, voici le livre:

Depuis longtemps ( très longtemps même) ma douce moitié faisait du lobbying pour qu'on fasse de la randonnée au Québec. Faut dire que j'ai un petit biais pour les Adirondacks. Avec un bon congé de Pâques qui s'en venait, on misait sur Charlevoix à 5 heures et demie de route de chez nous. Grâce à une annulation de dernière minute, on aura de la place à nous deux seules dans un «chalet» qui appartient à la Traversée du Charlevoix Inc. Le mot refuge est plus juste que chalet puisque c'est assez rustique dedans. Mais, il y a du propane, de la vaisselle, des matelas et plein de bois coupé pour la poêle à combustion lente. Pour l'eau il y a un ruisseau qui coule juste devant. Cout du refuge : $33.50 par personne par nuit. Donc, on paiera $200 pour trois nuits.

Grâce à Mononcle et à JulieF on est bien renseigné quant aux randos d'un jour à faire dans le coin et on part de chez nous vendredi saint à 7h. Après s'être enregistré, payé et pris la clef à St-Urbain, on arrête d'abord dans le stationnement du Mont du lac des Cygnes vers 13h. Il vente à écorner un bœuf et il neige. En montant la route à partir de St-Urbain c'était comme si on a subitement changé de planète tellement que le paysage me paraissait sauvage et hostile.

Anyway, faisait frette en maudit dans le stationnement. Je décide d'amener mes raquettes, microspikes et crampons, car la directrice de la Traversée m'avait écrit, «raquettes en bas, crampons en haut, selon un autre randonneur». Le sentier qui mène au sommet traverse des bois clairsemés avec des jeunes bouleaux de peut-être 20 ans d'age avec des épinettes plus jeunes qui les remplaceront un jour. Le sentier est en sable et est assez large qu'on peut marcher cote à côté. Le sentier monte en faisant des grands lacets ce qui fait qu'on gagne en élévation sans sentir l'effort. (Presque tous les sentiers qu'on a fait montaient très graduellement en lacet ce qui faisait qu'on a jamais vraiment forcé.)

Les distances sont indiquées à tous les 500 mètres par des écriteaux bruns et entre le 1 et l'un et 1/2 on croise un gars qui descend. Il n'a pas de sac à dos et il dit avoir fait demi-tour près du sommet à cause du vent qui était trop fort. Il dit ne pas avoir besoin de raquettes ni de crampons alors on abandonne bc de poids dret là (bien caché hors-piste derrière une buche). On croise pas mal de monde soit avec des petits sacs ou pas de sac et même en running shoe. Rendu à la ligne des arbres après avoir marché sur bc d'escaliers et des longues plateformes en bois qui sont en excellent état on croise un couple qui descend et le gars nous parle du vent qui va nous tasser et il nous donne des conseils par rapport à ça. Finalement, le vent est assez modéré comparé aux vents du mont Haystack, mettons. Le paysage est fantastique. Il y a plein de montagnes jonchées pêlemêle d'environ 300 mètres du haut par rapport au vallons et il y a beaucoup de falaises et de roches. C'est totalement désordonné est très sauvage. Par contre, on peut lire que pas moins de 20,000 personnes font la Mont des Cygnes annuellement. Du sommet notre carte indique, juste en face de nous, le mont Du Four que nous ferons le lendemain.

Mais, en premier, il faut se rendre à notre refuge, le Caribou. Dans mon sac à dos j'ai trois bouteilles de vin et tout le tra-lâ-lâ puisque ce n'est que 4 kilomètres sur du plat pour s'y rendre. Sylvie met ses raquettes, moi je les traine sur mon sac et je mets mes micro-spikes. Ç'aurait été mieux en raquettes, mais ce n’est pas grave. Il a beaucoup plus de neige ici mais on est 200 mètres plus haut qu'à la tête du sentier du Mont des Cygnes. À 17h on arrive chez nous et on fait le plein en eau et en bois fendu avant d'ouvrir une bonne bouteille et faire cuire nos gros steaks. On est pas mal fatigué et on se couche à 21h. Le vent fait un vacarme dehors, mais nous sommes installé confortablement au chaud, on est repu et dans un calme total.

Jour deux :
À 10h tapantes on part pour le Mont du Lac à L'Epeche et le mont DuFour, un boucle de 14 km avec 800 mètres totaux de dénivelé. On est en raquettes, mais après 10 minutes le sentier grimpe dans la taïga et il ne reste qu'une mince couche de neige croûtée. Bientôt on les enlèvera, les remettra, les enlèvera de nouveau etc. plusieurs fois pendant notre trajet. La taïga est très belle et ouverte et nous avons des vues tout de suite est pendant presque tout notre trajet. Des vues superbes des falaises et des vallées. On monte une série de bosses chacun plus haut que le dernier et plus dénudé de végétation avant d'arriver au sommet du Mont du Lac à L'Empeche. Le Mont des Cygnes est dans notre face et le Mont Du Four parait loin et très gros dans la distance. On est complètement seuls dans ce coin perdu est on est entouré des falaises et des montagnes qui ont l'air tous d'avoir été coupées au couteau horizontalement à 920-960 mètres d'élévation. Il vente fort et il fait environ -2. Le ciel est gris mais le plat-fond est plus haut que les sommets.

Les sentiers semblent avoir été conçus en fonction des meilleures vues et pour éviter des montées et descentes à pic. Si c'est le cas, c'est très réussi et nous avons grandement apprécié les efforts de ceux qui ont fait les entiers. Le Mont Du Four est très beau et on visite les deux sommets qui offrent chacune des vues de 360 degrés. Ensuite, nous continuons notre randonnée et on est très content de passer tant de temps au-dessus des arbres et de pouvoir admirer tant de grandeur sauvage dans plusieurs directions. Les derniers 2-3 kilomètres se font en forêt mais à 1 km de la fin on a un autre point de vu qui donne sur les refuges ( il y en a 3 dans le même secteur). À 5 heures on est chez nous et on refait le plein en eau avant d'ouvrir une bonne bouteille et préparer une soupe qui précède le Poulet Korma que j'avais fait et congelé le jour avant de partir. Un couple de Français habitant Montréal arrive pour une nuit et lui connaît le Parc des Écrins (où on va cet été pour deux semaines de rando) comme le fond de sa poche et il remplit 2 pages de notes avec des trucs et astuces.

Jour trois: Les Sommets.
Il neige et il vente et nous partons en direction du Mont du Lac à L'Écluse dont on regarde l'épaule devant notre refuge depuis notre arrivée. Nous ferons ce mont dans une tempête de neige mais qui ne cache pas complètement les sommets avoisinants. On voit bien le Pic de l'Aigle en face de nous dont la falaise se dresse directement du Lac à L'Écluse. C'est amusant de monter, descendre, remonter, redescendre et visiter trois beaux sommets rocheux. Le sentier est toujours très beau grâce à la taïga et aux méandres qui nous font monter presque sans le savoir. La neige s'est arrêté et du Pic à L'Aigle on peut voir deux des trois refuges directement en bas. On voit aussi une longue crête avec plusieurs caps qui longe le Lac des Écluses et on continue notre randonnée en s'éloignant des refuges. Le soleil commence à percer et il vente toujours fort. On a la sensation d'éloignement. On fait demi-tour à l'avant-dernier cap et on regagne le sentier principal avant de descendre la côte nommée «L'Enfant de Chienne» qui descend 150 mètres en direction nord vers les lacs Prime et Favre. Le retour vers le refuge est plutôt ordinaire pendant 2-3 kilomètres, mais on fini par se trouver en-dessus des falaises magnifiques des 2 premiers sommets de notre journée, le mont du Lac à L'Écluse et son voisin dont j'oublie le nom, directement au nord de celui-ci.

On laisse nos sacs et on fait les 406 mètres (406 selon le papier qui vient avec la carte des pistes achetées à St-Urbain) qui mènent à un jolie point de vu vers le Mont Empeche. On commence à bien reconnaître notre environnement immédiat. De retour au refuge vers 17 heures on refait le rituel de chercher de l'eau et de refaire notre stock de bois. Lorsque on s'assoit avec un verre de bon vin on sent très bien la fatigue de nos trois journées. On est couché à 20:30! Petite anecdote cocasse: Pour la 3e nuit on avait décidé de manger du lyophilisé, du chili végé. J'ouvre les paquets et je dis à Sylvie que ça sent comme le manger qu'on donne à notre chat, M. Smith. Elle ne trouve pas, mais moi, si. On laisse le chili tremper dans l'eau bouillante pendant les 20(!) minutes suggérées, mais même après ce délai ce n'est pas très cuit. Les haricots et les grains de maïs sont comme crus et très secs. Je mentionne à ma femme que c'est tout simplement le pire nourriture lyophilisée que j'ai jamais mangée de toute ma vie. La sauce est dégueulasse est le tout, pas mangeable. Je me force quand même à manger la moitié de mon paquet en prenant bien soin de mastiquer complètement les haricots et maïs (sont comme de la craie qui se désagrège en petits morceaux secs). Et là, j'ai le flash de l'enfilade sur la bouffe de marde de Helman et je ramasse le paquet dans nos déchets. Je suppose que vous avez déjà deviné le nom du fabricant dont les initiaux sont L-S. À minuit je me réveille avec un mal de ventre et des gaz intestinaux épouvantables presque en continu. Heureusement, il n'y a personne d'autre dans le refuge!

Jour 4 : Mont du Dome.
Il a neigé 5 cm dans la nuit et le paysage est super-beau! Avec des sacs pas mal plus légers, on regagne l'auto en une heure et à 11:30 on amorce la montée du Mont Dome. On choisit la voie directe versus une boucle de 8 km et cette fois-ci il n'y a pas de lacets. Le sentier ressemble à ceux du NE des E.-U. et nous sommes contents d'avoir nos microspikes. Le sentier est très, très glacé par endroits. Comme d'habitude on a rapidement de très belles vues des montagnes qui nous entourent. Il n'y a pas de vent et nos pas sont emmitouflés par la nouvelle neige qui cache la glace et qui colle à nos microspikes et nous fait glisser. Le premier point de vu (presque au sommet et meilleur à mon avis) nous permet de voire le refuge Eudore 500 pieds directement en bas de nos pieds. À 15 heures on est dans l'auto en direction de Montréal avec un arrêt pour visiter la Basilique de St-Anne de Beaupré qui est absolument magnifique.

Pendant notre séjour j'ai beaucoup réfléchie au sujet de la traversée du Charlevoix (105 kms, 6 nuitées) que je ferais en skis sans fartage (raquettes pas permises de tout façon) et avec des peaux de «phoque». Je voyagerais en style ultraléger et je transporterais des raquettes. Je partirais des refuges très tôt afin d'arriver au suivant avec assez de temps pour faire des excursions en bushwhack autour. Après le souper je préparerais tout pour un départ ultra-rapide le lendemain matin. Genre 5h.


Top
 Profile  
 
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 7 posts ] 

All times are UTC - 5 hours


Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 2 guests


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

Search for:
Jump to:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group